Histoire et guides


Des dépliants sur la cathédrale sont disponibles en français.

  • English
  • German
  • Swedish
  • Finnish
  • Irish
  • Dutch
  • Russian
  • Norwegian
  • Italian
  • Danish
  • Polish
  • Portuguese
  • French
  • Japanese
  • Chinese

Histoire

La source manuscrite la plus ancienne situe la Cathédrale Christ Church à son emplacement actuel vers l’an 1030. Dúnán, le premier évêque de Dublin, et Sitric Silkiskeggi (Sitric à la barbe de soie), le roi norrois de Dublin, fondent une première église viking, qui est sans doute placée sous l’autorité de l’archevêque de Cantorbéry. Avant 1152, elle est intégrée à l’Eglise d’Irlande, et en l’espace d’une décennie, le célèbre archevêque, Laurence O’Toole, est nommé. Ce futur saint patron de Dublin entame une réforme des statuts de la cathédrale selon un modèle européen et introduit des chanoines réguliers de saint Augustin pour former le prieuré de la cathédrale, qui utilise le rite liturgique de Sarum (Salisbury) et qui continuera à exister jusqu’à la Réforme.

Laurence O’Toole s’investit personnellement dans les tractations diplomatiques entre les Dublinois et les Anglo-Normands, et notamment Strongbow (Richard de Clare), suite à la prise de la ville en 1170. C’est principalement sous l’impulsion de John Cumin, le premier archevêque anglo-normand, que la cathédrale viking est remplacée par un édifice roman d’abord, puis gothique, dont plusieurs parties subsistent aujourd’hui. En 1395 le roi Richard II siège dans la cathédrale pour recevoir l’hommage des rois des quatre provinces irlandaises, O’Neill d’Ulster, McMurrough de Leinster, O’Brien de Munster et O’Connor de Connacht. En 1487, Lambert Simnel, prétendant au trône sous le règne d’Henri VII, est « couronné » à Christ Church sous le nom d’Edouard VI.

Au seizième siècle, c’est encore d’Angleterre que vient la réforme, lorsqu’Henri VIII rompt avec Rome. Il dissout le prieuré augustinien de la sainte Trinité et établit une fondation de chanoines séculiers. Le 22 décembre 1541 Robert Castle (alias Paynswick), le dernier prieur, devient le premier doyen de Christ Church. En 1562, la voute de la nef s’effondre et la tombe de Strongbow est très sévèrement endommagée : la tombe actuelle est un remplacement contemporain offert par la ville de Drogheda. La cathédrale est en ruine et la reconstruction d’urgence est immédiatement entreprise. Cette solution temporaire durera jusque dans les années 1870 ! Depuis l’écroulement de la voûte, le mur nord de la nef présente un écart de 46 cm par rapport à la perpendiculaire.

Au fil des années, les évolutions politiques se reflètent dans les changements que connaît l’administration de la cathédrale et après l’effondrement quasi-total du système des cathédrales sous Cromwell, Christ Church reçoit de nouveaux statuts en 1660 qui, tels que modifiés par le synode de l’Eglise d’Irlande en 1870, sont toujours au fondement de la règle régissant la cathédrale.

En 1689 le roi Jacques II assiste à la messe ici et, pendant une brève période, les rites d’avant la Réforme sont restaurés. Un an après, de retour de la Bataille de la Boyne le 6 juillet 1690, le roi Guillaume III rend grâce de sa victoire sur Jacques II et offre à la cathédrale un ensemble de plats de communion en or. Au cours du XVIe et du XVIIe siècle, la crypte de Christ Church est utilisée comme un marché, un lieu de réunion pour les affaires, et même pendant un temps, comme un débit de boisson, comme le prouve une lettre datée de 1633 : d’une extrémité à l’autre de la cathédrale, les caveaux sont utilisés pour la vente illégale de bière, de vin et de tabac.

En 1742, le chœur de la cathédrale et celui de la cathédrale Saint-Patrick participent à la première mondiale du Messie de Haendel, dans la rue toute proche de Fishamble Street. La loi sur les biens temporels de l’Eglise passée en 1833 fait perdre à la cathédrale une grande partie de ses biens et ses revenus, alors qu’elle était jusque là l’une des institutions ecclésiastiques les plus riches d’Irlande. Quand Charles Lindsay, évêque de Kildare et doyen de Christ Church (deux positions associées depuis le XVIIe siècle) meurt en 1846, le doyen de la cathédrale Saint-Patrick devient également celui de Christ Church. Ce n’est qu’en 1884 que Christ Church aura à nouveau son propre doyen.

La cathédrale telle qu’elle existe aujourd’hui est très influencée par le style victorien en raison des travaux de restauration et rénovation entrepris par l’architecte George Edmund Street (entre 1871 et 1878) aux frais d’un distillateur de whiskey de Dublin, Henry Roe, qui donne 230 000 livres sterling (l’équivalent de 23 millions de livres aujourd’hui, ou 28 millions d’euros) pour préserver la cathédrale. En 1871, l’Eglise d’Irlande n’est plus reconnue comme Eglise d’Etat, ce qui entraîne de nouvelles modifications des statuts et une nouvelle perte de biens et revenus pour la cathédrale. Les laïcs étant désormais responsables de l’entretien et de la préservation de l’édifice, il devient essentiel de les faire participer aux organes de décision. Un comité de la cathédrale composé de laïcs (des hommes uniquement à cette époque) et de membres du clergé est formé en complément du seul chapitre de chanoines.

En 1982, des travaux de restauration du toit et de la maçonnerie sont entrepris. Kenneth Jones de Bray installe un nouvel orgue en 1984. D’autres travaux ont été entrepris depuis 1997, en particulier le renouvellement des systèmes de chauffage et d’éclairage ainsi que la restauration de l’immense crypte du XIIe siècle. Ce projet a permis d’apporter à la cathédrale le lieu de convivialité dont elle avait tant besoin et de marquer le début du nouveau millénaire en l’an 2000. La crypte accueille à présent l’exposition consacrée au Trésor de Christ Church, ainsi qu’un magnifique film de Louis Marcus consacré à l’histoire de la cathédrale. L’exposition est une occasion pour le visiteur de découvrir des manuscrits et des objets qui permettent de se représenter près d’un siècle de pratique religieuse dans la cathédrale et les églises environnantes. Parmi plusieurs remarquables objets en argent, on notera en particulier le magnifique service royal en argent offert par le roi Guillaume III en 1697 pour rendre grâce de sa victoire à la bataille de la Boyne. On peut également admirer le tabernacle et les chandeliers utilisés en 1689, sous le règne de Jacques II, quand le rite romain est restauré pour une période de trois mois.

Afin de célébrer deux mille ans de christianisme, de nombreux évènements ont été  organisés, dont deux méritent particulièrement d’être cités. En juin 2000, le chef du gouvernement irlandais, Bertie Ahern, lance le projet Cathédrale Christ Church de Dublin : Histoire et, la même semaine, un congrès liturgique œcuménique de cinq jours est organisé, le Ceiliúradh (Célébration), au cours duquel de nombreux thèmes (musique, art, architecture et théologie) sont explorés au travers de nombreux séminaires, ateliers, conférences et célébrations.